Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Le Gouvernement de Siniora a pris la décision d’éradiquer les réseaux de communications et de poursuivre les impliqués, individus et partis.

Posted by jeunempl sur mai 6, 2008

Grève générale et crainte d’abus

(Tayyar.org)

Il paraît évident que le pouvoir en place gouvernant avec l’appui de forces étrangères, a décidé de changer de politique et d’affronter directement l’opposition, après avoir réussi à faire échouer toutes les médiations et initiatives internes, arabes et internationales visant à trouver une solution à la crise libanaise sur la base de la participation et l’élection d’un Président de la république et la constitution d’un gouvernement d’unité nationale et une loi électorale juste, de manière à assurer au pays la stabilité politique indispensable pour résoudre tous les problèmes et les dettes multipliés durant les trois dernières années de ce gouvernement.

Cette décision d’affrontement, a été prise à l’issue de l’échec des tentatives de démanteler l’opposition, à commencer par les pressions extérieures et intérieures sur Michel Aoun pour l’encercler au point d’essayer de l’assassiner avec l’aide d’un agent du Mossad nommé Pierre Akl selon certaines sources, ainsi que la tentative de séduire le Hezbollah en ranimant l’alliance quadripartite et en évitant de traiter l’affaire des armes de la résistance en dehors d’un accord sur la stratégie de défense.

Ces tentatives ayant échoué face à la fermeté de la position de l’opposition et à son insistance concernant les demandes de participation équilibrée et juste au pouvoir représentée par le dialogue et le consensus autour d’un gouvernement d’unité nationale ainsi que pour la loi électorale, étant donné que le consensus autour du chef de l’armée le général Michel Sleiman comme Président de la république est une affaire déjà réglée, il semblerait que le parti du pouvoir en place souhaite uniquement que l’opposition abandonne ses demandes dans les articles 2 et 3 de l’initiative arabe, après avoir abandonné, selon l’article 1, la nomination du général Aoun à la présidence de la république.

C’est ainsi que le gouvernement du fait accompli a soulevé les deux affaires des caméras de surveillance dans les environs de l’Aéroport International de Beyrouth et du réseau de télécommunication de la résistance, les considérant comme une « atteinte à la souveraineté de l’Etat », et une menace à sa sécurité et à celle de tous les libanais selon la déclaration du député Walid Joumblat qui a donné au gouvernement de Seniora le feu vert pour affronter le Hezbollah qui considère les caméras et le réseau de télécommunication comme faisant partie de son arsenal militaire pour combattre Israël, et poursuivre ceux qu’il a traités « d’impliqués dans le réseau de télécommunication », et relever le colonel Choucair de ses fonctions de chef de service de sécurité de l’aéroport. Il est clair que cette décision du gouvernement de Seniora vise à embarrasser le Hezbollah et à le pousser à la confrontation intérieure qu’il a évitée jusque là dans un souci de garder la résistance en dehors des affrontements et des conflits religieux. Cette décision du gouvernement est concomitante à la grève générale prévue demain par les corps ouvriers, les syndicats et les comités populaires qui demandent un ajustement de leur salaire et rémunération ainsi que la subvention par l’Etat de certains produits de base, le gouvernement a ainsi décidé, afin de faire baisser la tension populaire, d’augmenter le salaire minimum à 500 000 LL et d’accorder une augmentation forfaitaire des salaires de 200 000 LL, sans aucune mention aux promesses faites depuis 1996 et notamment concernant la grille des salaires. La construction actuellement au pouvoir a précédé la décision d’affronter Hezbollah en prétendant que ce dernier aurait lancé des menaces au gouvernement de Seniora en le prévenant de ne pas toucher aux caméras et réseau de télécoms, pour justifier les décisions prises hier concernant l’éradication de ce qu’il considère comme une atteinte à la souveraineté de l’Etat et la poursuite des « impliqués », alors que les observateurs craignent que la grève de demain ne soit exploitée pour provoquer des affrontements et en faire porter la responsabilité à l’opposition et au Hezbollah et impliquer l’armée et les forces de sécurité dans les affrontements avec les manifestants.

Le député Walid Joumblat a, avant la déclaration des décisions prises par le gouvernement concernant les affaires des caméras et du réseau télécoms qu’il avait lui-même soulevées, ainsi que la grève de demain, accusé le Hezbollah de planter ses armes partout au Liban et d’entraîner des miliciens, alors que le chef des forces libanaises Samir Geagea a quant à lui appelé les forces de sécurité à « protéger les citoyens » des manifestants. Les deux positions suscitent le doute quant aux intentions cachées du gouvernement.

Et dans la série, commettre un crime, l’attribuer à l’opposition, demander une réunion du conseil et paralyser les réunions de ses comités, les députes de la majorité membres du comité des télécoms ont boycotté hier la réunion du comité, tandis que le ministre Marwan Hamadé a mis la pression hier sur les deux compagnies de cellulaire de manière à les empêcher de paraître devant le comité spécialisé, malgré qu’il ne détienne aucun pouvoir sur elles. Les observateurs se demandent si le timing choisi pour provoquer l’affrontement concernant le réseau de télécoms et les caméras de surveillance et accuser Hezbollah d’entraîner des milices et de planter ses armes sur tout le territoire libanais, ferait partie de la stratégie de l’Etat pour rassurer sur une saison estivale que le gouvernement de Seniora souhaite réussir.

Le gouvernement de Seniora a décidé d’affrontezr le Hezbollah. Il considère que son réseau de télécoms est « illégal et constitue une atteinte à la souveraineté de l’Etat et une menace au trésor public », et a décidé de l’éradiquer et lancer des « poursuites contre toute personne impliquée dans l’affaire, individu ou parti… », et de « communiquer à la Ligue Arabe et aux instances internationales les détails de cette nouvelle infraction à la souveraineté de la loi au Liban »…

Et la question reste : quel est le but recherché par le pouvoir et à qui profiterait une explosion de la situation ?

Genéral Aoun : Le réseau des télécoms est légal et inclu dans la déclaration ministérielle. L’élection à la majorité absolue est un renversement … à laquelle un autre renversement fera face.

Joumblat : Nous ne cèderons pas sur l’édification du projet de l’Etat quelles que soient les menaces

Tuéni et Mkhayber : Ont présenté un projet de loi

Cheikh Naim Kassem : Le réseau de télécoms de la résistance fait partie de son arsenal militaire, Joumblat est sous l’influence américaine et nous refusons l’internationalisation de l’Aéroport.

Jamil El Sayyed : L’utilisation des communications de l’armée est le dernier épisode dans la série des attaques contre les institutions.

Talal Arslan : A appelé à l’unité dans la grève. La majorité se cache derrière des forces extérieures et derrière le confessionnalisme.

Mufti Kabalan : L’atteinte au dispositif de sécurité de l’Aéroport est une atteinte à la nation.

Mikati : Un accord extérieur conduira aux élections.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :