Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

A la tête du théatre français, à Ottawa : Mouawad en guerre contre l’impuissance

Posted by jeunempl sur avril 30, 2008

(Le Journal de Montréal – Claudia Larochelle)

«Nous sommes en guerre.» C’est avec ce thème, qui n’a pas fait l’unanimité d’emblée, que Wajdi Mouawad lance sa première programmation de spectacles au Centre national des Arts, à Ottawa, à titre de directeur artistique du Théâtre français.

«Ce sera sur des affiches, ça fait face au parlement… On m’a d’abord dit que cette phrase ne passerait pas. On a discuté, je trouve ça normal. Les gens ont exprimé leurs inquiétudes, il y en a eu dans tous les sens, il y avait cette peur aussi que ça effraie les gens.»

De sa voix posée, presque aussi douce que le silence, Wajdi Mouawad, lumineux et authentique, avoue qu’il a été habité longtemps par ces mots.

Une invitation à l’éveil

Cette phrase-choc ne vient pas seule. Le jeune artiste Emmanuel Bornstein a peint sur un fond rouge vif, à gauche dans le bas de l’affiche promotionnelle, un enfant de la guerre qui semble soucieux et pensif. L’effet est puissant. Pas du tout racoleur. Juste infiniment émouvant.

«Je crois que ce mouvement-là d’être en guerre est une chose importante à dire parce que les gens se sentent impuissants. J’ai envie de dire aux gens qu’ils sont actifs dans leur vie; ils ne sont pas passifs. C’est une invitation à l’éveil, pas une invitation à aller taper sur qui que ce soit», précise-t-il.

Dans son bureau d’Ottawa aux murs repeints en vert où il passe quelques jours par mois, l’artiste natif du Liban et ses collaborateurs ont conçu une saison faite d’oeuvres fortes et enflammées. Ses nouvelles créations, Seuls et Le soleil ni la mort ne peuvent se regarder, les classiques Oh les beaux jours, de Beckett, Cyrano de Bergerac, de Rostand, et l’oeuvre étrangère Krum, de l’auteur israélien Hanokh Levin, font partie des dix pièces proposées à compter de septembre. Benoît Vermeulen devient quant à lui premier programmateur Enfance/jeunesse, un secteur sur lequel a misé d’entrée de jeu le nouveau maestro du Théâtre français.

Tentante liberté

L’auteur, comédien et metteur en scène a d’abord refusé l’offre du CNA. Il prévoyait déménager ses pénates en France, où certaines de ses pièces connaissent un succès fou. Puis, comme il n’a pas à être constamment sur place, il a accepté le mandat de quatre ans et cette carte blanche qu’on lui a tendue, si attirante. Comme un chef d’orchestre, il pourra continuer à créer où il le veut, à bouger comme il aime, à vivre dans ses valises, et à Toulouse, où il a finalement élu domicile.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :