Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Le général Aoun répond aux questions de Marcel Ghanem sur la LBC

Posted by jeunempl sur février 29, 2008

(RPL France)

General Michel Aoun - LBCJe respecte toujours nos trois principes : Liberté, Souveraineté, Indépendance.

Je lutte pour notre présence effective et notre participation au Pouvoir pour les appliquer.

Ceux qui accusent aujourd’hui sont ceux qui collaboraient avec le syrien autrefois.

Je suis libanais, je veux vivre libre au Liban, pays ami de tous les pays du monde.

Depuis 1988, j’ai dis que je voulais de bonnes relations avec la Syrie après son retrait du Liban, et je reste sur ma position. Qu’est ce que j’ai changé dans mon discours ?

En 2003 j’avais cru que les USA avaient changé et joueraient un meilleur rôle vis-à-vis du Liban. C’était une mauvaise lecture de la stratégie américaine de ma part. Je n’ai pas été aux USA pour des raisons personnelles, mais pour recouvrer la souveraineté. J’ai compris plus tard, que les USA ne voulaient pas vraiment que le Liban recouvre son indépendance et sa souveraineté.

La majorité veut que nous lui présentions le nombre de députés pour atteindre le quorum pour la séance de l’élection présidentielle mais eux ne veulent rien nous garantir en contrepartie.

A chaque fois nous proposons des solutions, ils les refusent sans rien proposer d’autre.

J’ai affirmé à la troïka franco-italo-espagnole que ni la Syrie ni l’Iran n’ont aucune influence sur mes choix et positions politiques.

Nous n’acceptons pas que les Arabes disent que la cause d’un éventuel échec du sommet arabe est la crise au Liban. Nous leur faisons passer beaucoup, mais pas ça.

Qu’est ce que la Syrie, l’Iran ou tous les autres pays ont à voir avec la crise présidentielle libanaise, ou notre loi législative ? Ce sont des problèmes libanais internes ; Nul n’a le droit de s’y immiscer.

Lors de la dernière réunion, le seul litige a été autour de notre part légitime au sein du pouvoir et la forme du gouvernement. Nous avons discuté aussi de la Loi électorale.

Quelle est votre réaction sur ce flash qui vient de m’arriver de la régie : Les USA ont dépêché leur bâtiment de guerre USS COLE au large des côtes libanaises, pour montrer qu’ils désapprouvent la conduite du régime syrien.

Général Aoun : « C’est ce qu’on appelle une gesticulation militaire. Je ne savais pas que la Syrie allait nous déclarer la guerre, encore moins à Israël. De toute façon, je ne suis pas inquiet. »

Le Président a été dépourvu de ses prérogatives. Les décisions se prennent entre le gouvernement et l’assemblée nationale ; Pour cela nous insistons sur une nouvelle loi législative et une participation juste à l’Exécutif.

Ils m’avaient promis une nouvelle loi électorale depuis 2005 ; La loi n’a pas vu le jour jusqu’à ce jour. Au sujet de la formation du gouvernement ils n’ont pas tenu parole non plus.

Moi je ne les ai jamais trahis, j’ai le droit de ne plus avoir confiance en ces gens là. Et aussi de mettre mes conditions.

Ils ont transgressé la Constitution, ils ne règlent pas le problème des déplacés de la montagne. Ils ne veulent pas réactiver le Conseil constitutionnel. Pourquoi ? Et jusqu’à quand ?

La seule solution naturelle que nous demandons et qui est juste est que nous soyons représentés dans notre vraie dimension au sein du pouvoir. Quand ils vont refusent, ils doivent s’attendre à des propositions dénaturées de notre part.

Ils doutent de ma sincérité, mais je leur rappelle qu’ils ont leur parcours et moi j’ai le mien. Ils ne peuvent plus accuser les uns et les autres d’être influencé soit par la Syrie soit par l’Iran.

Nous sommes là, nous existons, le gouvernement doit trouver un compromis et discuter avec nous. Les urnes confirmeront le poids de chacun.

Si vous voulez parler démocratie : Pourquoi élire un Président dans un parlement douteux, élu d’après une loi douteuse. Le général Sleimane reste notre seul candidat jusqu’à maintenant.

Des discussions ont lieu à l’Ambassade du Canada à Berlin en Allemagne de ce sujet en ce moment. Le gouvernement doit afficher une position claire vis-à-vis de l’implantation des palestiniens et de leur droit au retour.

Les Chrétiens sont marginalisés. Je n’ai pas pu mettre la procuration que le peuple m’a donnée en exécution, ni pu l’utiliser pour arriver au pouvoir et commencer à concrétiser notre projet de changement et de réformes. Ils n’ont pas voulu que j’y arrive.

Est-ce que quelqu’un a demandé à Siniora ce qu’il va faire dans toutes les grandes capitales du monde ? Qu’est ce qu’il leur demande là bas ? Où sont les rapports ? Quelle est son agenda ? Son programme ?

Personne n’a le droit de prendre une décision internationale concernant l’élection présidentielle libanaise à l’étranger. Nous considérerons cette décision comme un coup d’Etat.

Ce que la majorité n’a pas pu obtenir à travers les mouvements sanglants de la rue, elle essaye de l’obtenir par la pourriture du système, de l’économie et du pays tout entier.

La majorité tente de déstabiliser la situation pour rester au pouvoir et faire passer un plan que je lui demande de dévoiler à l’opinion publique.

Lorsque j’ai déclaré le 8 mars 2005 que j’entendais une tonalité syrienne dans le discours de Sayyed Hassan Nasrallah, la feuille d’entente n’avait pas encore été signée. Où est son discours d’hier de son discours d’aujourd’hui ? Nous avons commencé nos discussions sur des divergences non pas par des concordances. Ce qui est naturel et logique, et le Hezballah tient aujourd’hui un langage libanais et ses revendications ne dépassent plus les frontières pour se concentrer sur la libération des fermes de Chebaa et des détenus en Israël.

Je n’ai pas de problèmes avec l’Eglise mais avec ses responsables. Je suis un fervent croyant et je sais de quoi je parle. Je n’entre pas dans la polémique entre l’ancien ministre Frangieh et le Patriarche Sfeir. M. Frangieh s’explique très bien.

Avec l’armée, il n’y a aucun problème, au contraire je fais tout pour que le général Sleimane, s’il vient à présider, le fasse dans les meilleures conditions.

Quand à la hausse ou la baisse de ma popularité, je vous affirme que j’affronte tous les problèmes politiques pour être la voix des gens qui n’en ont pas, alors laissez-moi régler cette question avec eux.

Non seulement les renseignements syriens sont au Liban, mais aussi ceux de beaucoup d’autres pays et y compris ceux qui forment la Finul.

Les élections du CPL auront lieu le 4 mai prochain. Le CPL compte plus de 50000 personnes entre sympathisants et membres actifs. Tout le monde a sa chance. Nous avons de bons éléments, mais l’expérience manque encore à certains. Maintenant si pour des raisons involontaires je ne pourrai pas présider le Parti, un autre le fera, et ce sera plus dur, car nous sommes en pleine phase d’édification.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :