Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Rifi’

Après Mikati, Sleiman rencontre Rifi et Safadi

Posted by jeunempl le mars 28, 2013

(L’Orient le Jour)

Hariri & Rifi - MoustakbalLe chef de l’État libanais Michel Sleiman a reçu jeudi au palais de Baabda le directeur général des FSI, le général Achraf Rifi, et le ministre démissionnaire des Finances, Mohammad Safadi. Plus tôt dans la journée, Michel Sleiman a rencontré le Premier ministre démissionnaire Nagib Mikati. Le président libanais est censé entamer la semaine prochaine des consultations parlementaires contraignantes pour la désignation d’un nouveau Premier ministre.

Devant notamment le refus des ministres du 8 Mars d’envisager la prorogation du mandat du général Achraf Rifi, qui aura 60 ans en avril et qui doit donc partir à la retraite, le président du Conseil a décidé vendredi soir de rendre son tablier.
Autre sujet de discorde entre Nagib Mikati et certains de ses ministres, le comité de supervision des élections législatives, rejeté par les ministres du Courant patriotique libre (CPL), du Hezbollah et d’Amal, qui ont argué de son anti-constitutionnalité, sous prétexte que la loi qui a créé cette instance n’avait été adoptée en 2008 que « pour une seule fois ».

Jeudi, M. Mikati a réaffirmé que sa démission vise à ouvrir la voie au retour au dialogue et à la formation d’un cabinet de salut public au sein duquel tous les partis seraient représentés. Après sa rencontre avec M. Sleiman, M. Mikati a par ailleurs reçu au Grand Sérail l’ambassadrice américaine au Liban, Maura Connelly.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Démission surprise du Premier ministre libanais

Posted by jeunempl le mars 23, 2013

Paul Khalifeh – RFI

Achraf Rifi - chef des FSIConseil des Ministres - Gouvernement Mikati IINajib Mikati, le Premier ministre libanais, a annoncé sa démission surprise, vendredi 22 mars, à l’issue d’une réunion gouvernementale houleuse. Cette démission laisse le Liban sans gouvernement à un moment particulièrement critique, aussi bien sur le plan interne qu’au niveau de la situation à ses frontières.

La démission de Najib Mikati a surpris aussi bien ses alliés au sein du gouvernement, que ses adversaires de l’opposition.

Le Premier ministre a annoncé son départ peu après une réunion houleuse du gouvernement, vendredi soir, lors de laquelle il a été mis en échec par une coalition formée de ministres chiites du Mouvement Amal et du Hezbollah et de ministres chrétiens du parti du général Michel Aoun.

Les raisons de la démission

La première porte sur la nomination des membres de la Commission de supervision des élections législatives, ce qui entrave la tenue du scrutin à la date prévue, en juin.

La deuxième concerne la prorogation du mandat du chef des Forces de sécurité intérieure, le général Achraf Rifi, qui Lire la suite »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mikati démissionne et appelle à un gouvernement de salut public

Posted by jeunempl le mars 22, 2013

(L’Orient le Jour)

Najib Mikati - Premier Ministre du gouvernement Libanais (juillet 2011)Le Premier ministre Nagib Mikati a annoncé vendredi soir sa démission à la suite notamment de divergences au sein du cabinet sur la préparation des législatives.
Selon la Constitution, le gouvernement est dès lors automatiquement démissionnaire, ce alors que le pays traverse une période critique en raison de la guerre civile qui ravage son voisin la Syrie et dont les répercussions se font sentir au Liban.

En annonçant sa démission, Nagib Mikati a appelé toutes les forces politiques à s’entraider pour éviter au Liban les aléas de l’inconnu. Il a également appelé à un gouvernement de salut public.

« Je suis pour la tenue des élections législatives à la date prévue (courant juin), quelles que soient les circonstances, a déclaré M. Mikati lors d’une conférence de presse au Grand Sérail. Je suis également contre tout projet de loi qui saperait le rôle du Liban en tant que message ». Et de poursuivre : « Mais apparemment, et d’après ce que j’ai remarqué en Conseil des ministres, aucun projet de loi ne sera adopté dans les délais constitutionnels ».

La décision de M. Mikati intervient après la suspension de la séance du Conseil des ministres tenue au palais de Baabda suite à un clash entre les ministres au sujet du dossier de la commission de supervision des législatives, un complément administratif à la loi électorale de 1960 en vigueur.

Selon le ministre de l’Information par intérim, Waël Bou Faour, les avis se sont divisés sur le premier point figurant à l’ordre du jour de cette séance, à savoir la formation de cette commission, qui n’a finalement pas eu Lire la suite »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Metn – Le député Kanaan : l’opposition aurait dû attendre la déclaration ministérielle

Posted by jeunempl le juin 19, 2011

ANI

Ibrahim Kanaan - Député CPL

Le député Ibrahim Kanaan, membre du bloc Changement et Réforme, a affirmé dimanche que la nouvelle opposition a rapidement réagi au lendemain de la formation du gouvernement.
« La nouvelle opposition a immédiatement jugé le gouvernement même avant la publication de la déclaration ministérielle », a-t-il ajouté.

Lors d’une entrevue accordée à la chaîne télévisée « LBC », M. Kanaan a assuré que la stabilité du pays est primordiale. « Nous voulons le partenariat au sein du système politique et la construction de l’Etat. Nous menons la bataille de la réforme dans le gouvernement et dans le Parlement », a-t-il indiqué.
M. Kanaan a tendu la main à l’opposition dans le but de se retrouver sur une base commune.

Quant a l’incident de Tripoli, le député a applaudi l’armée libanaise pour son rôle important qui a mis fin aux affrontements du vendredi et a qualifié toute personne qui a tiré sur l’armée « d’agent ».
M. Kanaan a en outre clarifié que « critiquer le directeur général des FSI ne veut pas dire responsabiliser les FSI elles-mêmes ».

Il a aussi signalé que le CPL donnera une chance au ministre Safadi, tout en surveillant son travail.
M. Kanaan a enfin souligné le fait que les Chrétiens ont repris leur rôle dans la vie politique sous l’orientation du Patriarche maronite Mar Béchara Rahi.

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’héritier toujours planqué

Posted by jeunempl le juin 13, 2011

Lina Tayeb Kennouche – Al Balad

Depuis des mois, la scène politique libanaise connaît une situation de crise. Institutions paralysées, incapacité à former un gouvernement, anomalies de certains hauts fonctionnaires qui se placent au-dessus des lois, le tout dans un contexte d’incertitude régionale et d’instabilité du régime syrien qui pourrait à n’importe quel instant avoir des prolongements au Liban.

Le conjoncture ne semble pas inquiéter le Premier ministre par intérim, le binational Saad Hariri, de retour depuis deux mois dans son pays natal, qu’il a dû abandonner contre son gré, quand l’heure de la relève a sonné. L’héritier fut parachuté à la direction de l’Etat libanais, mais n’étant pas suffisamment armé, le petit protégé s’est avéré incapable de gérer les dossiers un peu compliqués.

En effet, le promoteur et défenseur des idéaux d’indépendance et de souveraineté avait passé près de la moitié de son mandat auprès de ses alliés. Le bâtisseur de « l’état » pourfendeur du Hezbollah, à qui il reprochait d’avoir édifié un « Etat dans l’Etat », a fini par faire les frais de sa servitude à l’étranger : le 12 janvier il est jugé indigne de sa responsabilité, la démission du 11ème ministre allait entraîner la chute du gouvernement qu’il présidait.

A ce jour, il assure l’intérim en attendant la nomination d’un nouveau gouvernement. Il a l’obligation de gérer les affaires courantes, toutes les questions simples qui ne s’appuient pas sur l’adoption d’une nouvelle loi ou d’un nouveau décret et qui ne nécessitent pas une approbation du conseil des ministres.

Mais comment expédier les affaires normales si, depuis deux mois, au Royaume d’Arabie, le vassal est parti?

Pour sa défense, il faut préciser que constitutionnellement, il n’existe pas de texte exigeant sa présence. Mais c’est avant tout une question d’éthique, sans compter que sa présence aurait pu être bénéfique pour expliquer à son ami Rifi un principe qui semble loin d’être acquis : il faut respecter la hiérarchie. Le maître des FSI, fidèle de Hariri, a lancé un assaut qui s’est soldé par un fiasco. Un épisode risible : le fonctionnaire enfreint la loi, et c’est au supérieur hiérarchique de faire valoir ses droits. C’est avec effroi que le citoyen découvre le respect reconnu par le clan Harifi à l’autorité de l’Etat.

L’absurdité de la situation fait qu’un problème administratif dont le traitement devrait relever de la voie hiérarchique normale se transforme en affaire macro-politique, nécessitant la mise en place d’un gouvernement pour régler le différend.

Il en faut davantage pour impressionner le premier ministre par intérim qui n’est toujours pas décidé à rentrer travailler. Il serait injuste d’acculer un homme que rien ne prédestinait à gouverner un pays aussi compliqué que le Liban, Etat tampon dans la région.

Il y a des évènements plus graves que la crise institutionnelle, la paralysie gouvernementale, le démembrement de l’état sur arrière-fond de basculements régionaux. On murmure que l’hériter serait en mauvais termes avec l’entourage de sa majesté depuis qu’il aurait fâcheusement offensé le fils du Lire la suite »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retour sur le conflit entre le ministre des Télécoms, le ministre de l’Intérieur et le tandem Achraf Rifi – Abdel Menhem Youssef

Posted by jeunempl le juin 8, 2011

MPLBelgique.org

             

Nous regroupons sous cette page toutes les références retraçant le conflit, toujours en cours, qui oppose le ministre des Télécommunications, Dr. Charbel Nahas, le ministre de l’Intérieur Ziad Baroud et le tandem Achraf Rifi (chef des FSI) – Abdel Menhem Youssef (directeur général d’Ogero). Cette opposition fait suite à une prise d’assaut du ministère des Télécommunications par un département illégal des Forces de Sécurité Intérieure (FSI), la section des renseignements (Fere3 el ma3loumat). Le 26 mai 2011, 400 hommes armés telle une milice, envahissent le 2ème étage d’un bâtiment du ministère des télécoms renfermant du matériel pour un 3ème réseau potentiel, encore à l’état expérimental… enfin, c’est ce que tout le monde pensait jusqu’à cette affaire qui est sur le point de révéler l’utilisation et l’exploitation d’un réseau illégal de télécommunication à des fins financières, voire claniques et politiques.  Le ministère voulait mettre fin à une exploitation illégale de ce réseau en le restituant à l’état.
A cela, il faut ajouter la démission du ministre de l’Intérieur, Ziad Baroud, qui entend marquer son ras-le-bol par rapport au comportement milicien du chef des FSI, Achraf Rifi, ce dernier s’obstinant à ne pas obéir aux ordres du ministre Baroud dont il dépend pourtant. Baroud avait exigé le retrait des FSI du bâtiment qu’ils occupaient… sans succès. Le soutien politique « Haririen » dont bénéficie Rifi est plus important que l’autorité du ministre et, par dessus tout, que l’état libanais. Cet épisode aura eu le mérite de révéler le manque de soutien politique dont bénéficiait Baroud, tant de la part du clan Hariri que du président de la république (bien désemparé dans pareille situation), quant aux réformes qu’il souhaitait mener.

C’est donc un véritable mur de corruption qui a été secoué grâce à la ténacité du ministre Nahas dont les qualités professionnelles sont reconnues dans le monde académique de la finance et de la gestion. Le courage dont il a fait preuve ce 26 mai 2011 aura permis de mettre à nu tout un système corruption, un véritable état dans l’état. Quant à la privatisation du secteur des Télécoms libanais, le rêve s’éloigne pour Hariri qui a toujours eu pour objectif de mettre la main sur ce secteur… c’était sans compter sur la présence active du CPL.

Très vite, le Courant Patriotique Libre, et plus particulièrement le ministre des Télécoms, est la cible d’attaques sectaires du clan Hariri qui agite la menace d’un conflit sunnite-chrétien. Les médias de Hariri (L’Orient le Jour, Al Moustakbal, Future TV, MTV et leurs sites internet ainsi que ceux des partis politiques satellites) mettent le paquet et font tout pour embrouiller l’opinion publique en propageant de fausses vérités. C’est d’ailleurs devenu une pratique courante afin de planter dans l’esprit des gens que « les deux cotés sont fautifs ». Cette page est destinée à vous aider, chers lecteurs, à avoir une lecture précise et claire de la situation, aussi complexe soit-elle. Il n’y a pas de gris au Liban… c’est soit noir, soit blanc. Si l’on veut en terminer avec la corruption et le désordre, le favoritisme et les pistons, le sectarisme et le féodalisme, il existe une formation capable de tout chambouler… elle ne demande que votre soutien!

Les faits

26 mai 2011 (MPLBelgique.org) : Rifi ignore l’autorité de l’état et prend d’assaut le ministère des Télécommunications: Nahas résiste, Baroud démissionne (+ vidéo)

La suite…

27 mai 2011 (ANI) : Aoun: c’est à Sleiman de traiter l’incident des Télécommunications et Rifi doit être démis de ses fonctions
29 mai 2011 (ANI): Réunion du Comité des Télécommunications pour discuter de l’incident d’Ogero
30 mai 2011 (Presse) : Le chef de l’Etat insiste sur le transfert de Rifi devant la justice
30 mai 2011 (ANI) : Nahas: Youssef traduit en justice
31 mai 2011 (RPL France – Agences) : Le directeur général des FSI est considéré comme coupable d’insoumission à l’autorité du Conseil des ministres
1er juin 2011 (RPL France – Presse) : Aoun: Rifi va assumer la responsabilité de ses agissements

Eclairages et analyses

28 mai 2011 (Soraya Helou – Moqawama) : L’empereur Rifi et la défense de l’Etat
28 mai 2011 (Al Manar) : Que veut cacher le département des renseignements de Hariri ?
29 mai 2011 (Frenchy – Libnanews) : Bras de Fer
3 juin 2011 (Frenchy – Libnanews) : Télécommunications: L’origine du conflit
3 juin 2011 (RPLFrance.org) : Après le holdup de SOLIDERE sur le patrimoine de Beyrouth-Centre, Hariri tente de mettre la main sur le nouveau réseau mobile Liban Telecom via OGERO

4 juin 2011 (L’Hebdo Magazine) : Ogero : Sous la tutelle du ministre des Télécoms
4 juin 2011 (L’Hebdo Magazine) : La tragi-comédie des Télécoms : Quand l’Etat se transforme en milice

Propagande du clan Hariri à l’encontre du ministre Nahas

5 juin 2011 (Nahas en réponse à l’Orient le Jour): Précisions du ministre Charbel Nahas sur l’affaire des Estoniens

Préalable pour la compréhension du contexte (historique de la corruption du secteur)

10 mai 2011 (Frenchy – Libnanews) : L’Arlésienne de l’Internet au Liban

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Nos articles, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Précisions du ministre Charbel Nahas sur l’affaire des Estoniens

Posted by jeunempl le juin 5, 2011

Charbel Nahas – L’Orient le jour

[Le ministre des télécommunication, Dr Charbel Nahas, fait face à une propagande médiatique sans précédent de la part des médias loyaux au milliardaire Hariri. Le MPLBelgique.org a de tout temps dénoncé la propagande médiatique du seul quotidien francophone libanais, l’Orient le Jour, à l’encontre des indépendants et partisans du Courant Patriotique Libre sachant très bien que le quotidien est détenu par le clan Hariri. Nous regrettons la dérive propagandiste de ce qui fut une fierté du journalisme libanais.]

Dr Charbel Nahas - Ministre des Télécommunications

Suite à l’article paru le 31 mai sous le titre « Les Estoniens déjà exfiltrés du Liban, Nahas cache des détails sur les ravisseurs », le ministre des Télécommunications, Charbel Nahas, nous adresse le courrier suivant que nous publions quasi intégralement :

« Je n’ai pas pour habitude de commenter ou de répondre aux contrevérités écrites dans votre quotidien en ce qui concerne le ministère des Télécommunications. Je le fais aujourd’hui pour tirer la sonnette d’alarme : accepter qu’un quotidien accuse un ministre de faits aussi graves sans que personne ne réagisse ou que la justice se saisisse de l’affaire reviendrait à admettre que l’État libanais soit une coquille vide, que les institutions ne soient plus que les instruments aux mains de tel ou tel parti politique. Ce n’est pas ma conception de ma fonction ministérielle.

Cela étant dit, je souhaite clarifier aux lecteurs de L’Orient-Le Jour certains faits :
Dans l’intérêt des citoyens et la protection de leur vie privée, une loi est intervenue pour limiter le pouvoir discrétionnaire qu’avait le ministre des Télécommunications de divulguer des données émanant des réseaux téléphoniques. La transmission aux Forces de sécurité intérieure et à l’armée de ces données sur les appels (le contenu des appels étant strictement interdit) se fait à travers une procédure dont les règles sont définies par la loi 140 de 1999.
Ladite loi prévoit la création d’un centre d’interception légale des écoutes placé sous la tutelle du ministre de l’Intérieur et géré conjointement par l’armée, la police et la justice. Il a été officiellement inauguré en juin 2010, mais ne fonctionne toujours pas. À défaut, c’est donc une procédure approuvée en Conseil des ministres pour pallier au retard de ce centre qui reste à ce jour en vigueur.

La procédure approuvée par le Conseil des ministres est la suivante : la demande d’un service de sécurité donné doit être présentée tout d’abord à son ministre de tutelle (Intérieur ou Défense). Ce dernier la transmet à son tour au président du Conseil pour approbation. La demande est ensuite renvoyée au ministre concerné qui la transfère ensuite à son collègue des Télécommunications, lequel ordonne aux opérateurs des réseaux mobiles ou fixe de la satisfaire.

À partir du 23 mars, date de la disparition des Estoniens, une demande urgente m’est parvenue afin de permettre aux services de sécurité d’obtenir toutes les données des réseaux téléphoniques sans passer par la procédure fixée par le Conseil des ministres. Face à l’ampleur de la crise générée par cet enlèvement, j’ai accepté d’outrepasser les consignes du Conseil des ministres et j’ai autorisé les services de sécurité à avoir un accès direct à toutes Lire la suite »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Billets & Opinions, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ogero : Sous la tutelle du ministre des Télécoms

Posted by jeunempl le juin 4, 2011

Arlette Kassas – L’Hebdo Magazine

Ogero alimente les polémiques depuis quelque temps. La nouvelle crise entre l’organisme et le ministre des Télécoms remet sur le tapis la définition des compétences et du rôle d’Ogero.

Organisme de gestion et d’exploitation de l’ex-Radio Orient, Ogero a été conçu en 1972 pour gérer le télégraphe et les télécommunications sous-marines de Radio Orient. Propriété du gouvernement à 100%, Ogero agit sous la tutelle du ministre des Télécommunications.

Opérations, maintenance, ventes, commercialisation, facturation et gestion du réseau fixe du ministère des Télécommunications, tels sont les domaines de son activité. Ses tâches se concentrent sur les services téléphoniques nationaux et internationaux et sur les données du réseau fixe ainsi que la fourniture de services personnalisés aux individus et aux entreprises.

Institution publique, à personnalité morale, Ogero peut avoir ses propres organes et son autorité exécutive. Même si son budget est indépendant de celui de l’Etat, il reste sous la tutelle du ministère des Télécoms. Le décret 5613 de 1994 charge Ogero d’activités pour le compte du ministère des Télécoms: travaux de réhabilitation du réseau de téléphonie nationale et internationale et sur les câbles marins. Depuis 1995, chaque année, ce contrat et deux autres sont soumis au contrôle préalable de la Cour des comptes et renouvelés.

Début 1999, le gouvernement de Salim Hoss tente en vain de mettre fin à la mission d’Ogero, après la formation d’une commission ministérielle chargée Lire la suite »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La tragi-comédie des Télécoms : Quand l’Etat se transforme en milice

Posted by jeunempl le juin 4, 2011

Walid Raad – L’Hebdo Magazine

Le spectacle honteux de l’affrontement entre un ministre et un officier des Forces de sécurité intérieure, que les Libanais ont suivi en direct sur le petit écran, est inconcevable même dans les Républiques bananières. Cette affaire dépasse le cadre d’une dispute entre un ministre et un directeur général. Quels sont les véritables enjeux?

Le fossé entre le clan Hariri et celui de Michel Aoun n’a fait que se creuser depuis le retour d’exil du général, en mai 2005. Connaissant l’intérêt et l’importance qu’accorde Saad Hariri – comme son père avant lui – au secteur des télécommunications, le chef du Bloc du Changement et de la Réforme insiste, lors des tractations pour la formation des derniers gouvernements, pour placer l’un de ses proches à la tête du ministère concerné. Le but, dit-il, étant de rétablir les droits de l’Etat sur ce secteur rentable qui constitue, sans aucun doute, une poule aux œufs d’or. Mais la mauvaise surprise de Gebran Bassil et après lui de Charbel Nahas aura été de découvrir que le directeur général d’Ogero opère hors de leur contrôle (Voir page 21). Abdel-Menhem Youssef avait été désigné par Rafic Hariri au poste de directeur général du ministère des Télécommunications. Il avait réussi – avant d’être emprisonné pendant dix mois et remplacé à la direction générale du ministère – à renforcer son contrôle sur l’administration sans jamais cacher qu’il ne prenait ses instructions que des Hariri, et non de son ministre de tutelle.

C’est pourquoi ces deux dernières années ont été le théâtre d’une lutte sans merci entre des ministres très «autoritaires», déterminés à récupérer toutes leurs prérogatives, et le directeur général d’Ogero qui ne veut rien céder des siennes. La suite est connue et la confrontation qui s’est déroulée sur les escaliers de l’immeuble des Télécoms, à Adlié, constitue le dernier épisode en date de ce bras de fer.

Dans cette tragi-comédie, les deux protagonistes sont sûrement fautifs, à des degrés différents. Mais il reste une question sans réponse: que cache au juste ce fameux «deuxième étage» pour que Lire la suite »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Après le holdup de SOLIDERE sur le patrimoine de Beyrouth-Centre, Hariri tente de mettre la main sur le nouveau réseau mobile Liban Telecom via OGERO

Posted by jeunempl le juin 3, 2011

RPLFrance.org

Pour le commun des Libanais, l’affaire des « Télécoms » est le nième épisode d’une querelle politique à la Libanaise.

Mais ce conflit et le déchaînement sécuritaire d’Ashraf Rifi, gardien de l’empire Hariri, dépassent largement le sérail politique et relèvent de l’affaire d’Etat.

En effet, depuis leur arrivée en politique, grâce au pouvoir de l’argent, la dynastie Hariri a considéré le Liban comme sa propriété privée. Ainsi, le gouvernement de l’Etat Libanais est devenu le Conseil d’Administration de la « Hariri Corporation » profitant et abusant même des accords de Taëf, qui a diminué les prérogatives du Président de la République au profit du Conseil des ministres, pour ne pas dire du premier ministre.

Ainsi, Hariri a pu mettre la main sur la capitale Beyrouth, et en particulier son centre, en spoliant des milliers de libanais de leurs biens patrimoniaux pour les brader à la société SOLIDERE créée pour l’occasion.

Que le commun des Libanais ne puisse pas bénéficier du minimum vital et que l’Etat ne puisse lui fournir l’électricité et l’eau en continu, cela n’affecte pas Hariri & Co. Pendant que le Liban voit sa dette augmenter d’une façon vertigineuse, Hariri voit sa fortune augmenter pour être classé parmi les plus grandes fortunes mondiales.

Oui, mais pour que cela puisse continuer, il ne faut pas venir regarder de près dans les affaires de l’Etat Hariri. Il faut verrouiller les postes clés dont les plus importants : le poste de premier ministre et et celui des finances.

Mais voilà qu’il y a eu un petit changement : Hariri est destitué… Il n’y croit pas. Comment est-ce possible ? Comment ont-ils osé ? Hariri n’avait pas fini de tout contrôler. Certes, il avait sa garde prétorienne bien contrôlée par Ashraf Rifi pour protéger son empire. Mais jusqu’à quand ?

Et il y avait ce nouveau réseau mobile Liban Telecom que Hariri voulait contrôler. On n’était qu’au stade préliminaire de prise de contrôle par l’organisme OGERO. Mais le CPL (cet empêcheur de tout contrôler) mettait les bâtons dans les roues et Charbel Nahas considérait que les lignes rouges étaient dépassées.

Voilà les faits : la Chine a offert à l’Etat libanais le matériel nécessaire pour le déploiement du 3ème réseau de téléphonie mobile « Liban Telecom ». Le ministre des télécoms a demandé à la société OGERO de l’installer et de le tester pendant quelques semaines. Or, OGERO a commencé à opérer sur ce réseau au delà de quelques tests en couvrant une bonne partie du territoire libanais et en ayant un nombre d’utilisateurs inconnus du Ministre des Télécoms. Lorsque le Ministre a voulu stopper tout cela en Lire la suite »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 41 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :