Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Patrimoine’

Chantier de travail sur le patrimoine culturel

Posted by jeunempl le juillet 12, 2011

S.N. – ANI

Le bureau régional de l’UNESCO à Beyrouth a organisé lundi un chantier de travail sur l’application de la convention de l’année 2003, sur la préservation du patrimoine culturel et non matériel à l’hôtel Printania, sous le patronage du ministre de la Culture Gaby Layyoun et en présence d’experts libanais, syriens et internationaux.

Le ministre de la Culture qui s’est prononcé à l’occasion a indiqué que le chantier confirme l’importance accordée par les personnes présentes au patrimoine culturel et à la nécessité de le préserver en face des défis qui le menacent.

"Le Liban tout comme les pays de la région, se distingue par un patrimoine culturel riche et diversifié, formé à travers les ères et résultant de l’ouverture des différentes générations sur les autres cultures" a-t-il dit.

"Ce patrimoine fait actuellement face à de grands défis, découlant de plusieurs facteurs, dont la mondialisation, les changements climatiques, démographiques et technologiques, et du manque de l’appui, ce qui menace sa pérennité et l’expose au danger de disparition" a-t-il ajouté, appelant à la conjugaison des efforts des personnes concernées pour le sauver avant qu’il ne soit trop tard.

Le ministre a enfin affirmé que la responsabilité de la préservation du patrimoine culturel est de nature collective, qui englobe les administrations, les institutions publiques, la société civile et les organisations internationales, notamment l’UNESCO.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Patrimoine – "Beyrouth n’est pas Dubaï" : Save Beirut Heritage

Posted by jeunempl le mai 15, 2011

(L’Orient le Jour)

Un projet immobilier est en construction dans le quartier traditionnel de Mar Michaël à Beyrouth. Une tour de 19 étages doit remplacer un vieux cinéma (le cinéma Vendôme) et quelques maisons typiques libanaises. Save Beirut Heritage ne l’entend pas de cette oreille et appelle à une mobilisation. Le groupe, qui lutte pour la conservation du patrimoine libanais, regrette que « le ministère de la Culture, qui avait refusé dans un premier temps d’octroyer le permis de conduire, ait finalement cédé aux pressions de politiciens proches du dossier ». Le permis a été délivré, à condition que les façades des maisons traditionnelles soient préservées. « Un compromis inacceptable » pour Save Beirut Heritage.

Autour de 75 activistes ont fait le déplacement. Leurs revendications : « empêcher les politiciens d’utiliser leur pouvoir pour démolir le vieux Beyrouth, adopter une loi pour préserver et sauvegarder le patrimoine architectural libanais, réglementer la construction de tours dans les quartiers traditionnels de la ville. » Une loi de sauvegarde du patrimoine est actuellement au Parlement. Elle devrait être bénéfique à la fois aux propriétaires de maisons traditionnelles et aux promoteurs immobiliers. Reportage

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les juifs de Beyrouth retrouveront bientôt leur synagogue

Posted by jeunempl le novembre 21, 2010

(L’Orient le Jour)

Dans un article paru le 19 novembre sur son site Internet, France 24 se penche sur l’histoire de la communauté juive au Liban et met la lumière sur les travaux de restauration de la synagogue Maghen Abraham, à Beyrouth. Pays multiconfessionnel par excellence, le Liban compte 17 communautés musulmanes et chrétiennes, mais aussi une communauté juive qui, bien qu’elle soit la plus ancienne du pays, ne disposait plus de lieu de culte depuis près de 30 ans.

Beyrouth n’en finit pas de soigner les plaies laissées par la guerre civile. Une bonne partie du patrimoine architectural de la ville a été détruit par des années de combats. Aujourd’hui, il est remplacé par des immeubles modernes. Même les lieux de culte n’ont pas été épargnés, en témoigne l’état déplorable dans lequel les restaurateurs ont découvert la synagogue Maghen Abraham de Beyrouth. Situé au cœur de la ville, l’édifice est en restauration depuis un an et devrait rouvrir dans quelques mois.

S.B. est le responsable de la communauté juive libanaise. Il supervise les travaux de restauration de la synagogue Maghen Abraham.

"La communauté juive du Liban compte aujourd’hui une centaine de membres résidant dans le pays, principalement à Beyrouth et ses environs, et 2000 Lire la suite »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sauver les derniers joyaux architecturaux de Beyrouth

Posted by jeunempl le septembre 24, 2010

Angola Press

Beyrouth - patrimoine

A  l’heure où les belles demeures traditionnelles de Beyrouth se réduisent comme peau de chagrin, les consciences se réveillent -trop tard- pour sauver le peu qui reste d’un patrimoine malmené par la frénésie immobilière et la complicité des hommes politiques.

"Beyrouth était une ville-jardin, avec des maisons à l’architecture exquise. C’est devenu un amas de constructions d’un ennui mortel", regrette Yvonne Sursock Cochrane, 88 ans. Elle est l’une des rares propriétaires d’une superbe demeure héritée de son illustre famille beyrouthine. "On détruit les oeuvres les plus belles qui, à l’étranger, seraient intouchables", dit-elle à l’AFP.

Ces oeuvres, ce sont des villas au style ottoman ou vénitien du XIXe siècle ou des maisons au style colonial datant du mandat français (1920-1943) avec des façades aux triples arcades adornées d’enluminures, des toits en tuile, des halls somptueux et des jardins où embaume le jasmin.

Après la guerre civile au Liban (1975-1990) et le chantier de reconstruction, des tours d’appartements de luxe se sont implantés en plein coeur de quartiers dits "à caractère traditionnel", faisant disparaître de centaines de bijoux du patrimoine. Des 1.200 recensés en 1995 uniquement autour du centre-ville, il n’en reste plus que 400 répertoriés.

"Les Libanais se sont habitués à cette laideur", martèle Pascale Ingea, militante dans "Save Beirut Heritage", une initiative lancée en 2010. Pascale a vu de son balcon comment un palace de 200 ans qui la faisait rêver quand elle était petite a été détruit pierre par pierre. "C’est un tissu socio-urbain qui est en train de disparaître. Beyrouth ressemble à une ville qui n’est plus la nôtre", lâche cette peintre de 33 ans.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chekka s’interroge sur son environnement

Posted by jeunempl le septembre 16, 2010

Nadine Chalak – Les Hirondelles

Malgré la construction d’infrastructures routières, l’implantation d’arbres dans la région ou les opérations portes ouvertes, l’impact des cimenteries sur l’environnement reste difficile à évaluer.

Les polémiques autour des grandes cimenteries se multiplient. Pollution des eaux ou atmosphérique, paysages défigurés… La liste est longue pour ce domaine d’activité dont dépend pourtant une bonne part de l’activité économique du pays, avec le développement du secteur du bâtiment. Dans la région de Chekka, la société suisse Holcim fait partie du paysage depuis longtemps. Suivant la politique du groupe mondial, Holcim-Liban met en avant, dans sa communication d’entreprise, sa volonté d’être un acteur positif en terme de développement durable. Pourtant, dans les communes environnantes, la colère est parfois vive à l’égard du géant du ciment. Plusieurs militants écologistes, ayant requis l’anonymat, accusent cette société d’utiliser un type de petroleum coke, en guise de carburant (un dérivé du pétrole dont le taux en souffre maximum est fixé très strictement par l’Etat libanais), ne répondant pas aux normes en vigueur. Mais les activistes ne sont pas les seuls à faire entendre leur voix, les simples citoyens aussi, persuadés que le cimentier a brûlé durant plusieurs années des Lire la suite »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle ne renonça… ni se dérobera à son devoir

Posted by jeunempl le août 1, 2010

Armée Libanaise

Dans l’imagination de chaque citoyen réside un soldat prêtant serment à Dieu d’accomplir son devoir complet en défendant les couleurs du drapeau de son pays. Une fois que les dangers tempêtent et le clairon retentit, il se dresse pour être le bouclier défendant son peuple, le protégeant du mal des ennemis, et se sacrifie afin de le sauver jusqu’à la dernière goutte de son sang.
Dans l’imagination de chaque soldat réside un citoyen, le contemplant avec toute confiance et respect, le considérant comme étant la soupape de sécurité et le seul sauveur lors des crises. Il offre tout pour les boucliers de la patrie; c’est alors que son frère le soldat répond en lui promettant une vie libre et prospère de tranquillité et de stabilité.

Entre cette scène et l’autre, se manifeste le sens de la solidarité entre l’Armée et ses citoyens, se dessine l’image du Liban unifié, surgissant toujours des crises et se dirigeant avec toute confiance vers le devant. Quels que soient le lieu ou le temps, le sang des martyrs demeure le flambeau illuminant le trajet d’une Armée dépassant les soixante quatre années…. Mais ne renonça pas…et ne se dérobera jamais à son devoir.

1- Aube de l’Armée

Le 1er aout 1945 est la date officielle de la fondation de l’Armée Libanaise. Or son âge vrai ne se résume pas par certaines décennies, car l’Armée Lire la suite »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Immobilier à Beyrouth: chassez l’intrus

Posted by jeunempl le juillet 21, 2010

Sanaa al-Khoury & Delphine Darmency – Les hirondelles

Beyrouth - patrimoine

La flambée des prix de l’immobilier dans la capitale oblige une partie de la population à déménager vers des localités périphériques. Dans 10 ans, Beyrouth sera une ville des cols blancs.

Dans les cafés, bureaux et taxis, les gens se plaignent. La hausse des prix de l’immobilier est devenue – après la météo – le sujet privilégié pour lancer une conversation. Mariam vit depuis 30 ans à Ras Beirut. Aucun de ses trois fils ne pourra acheter un appartement dans le voisinage.
«Marié récemment, mon fils aîné a acheté un appartement à Hadath grâce à un prêt bancaire, raconte-t-elle. Sa femme et lui sont employés dans une agence d’architecture, et ils ne sont pas capables de se procurer un logement dans le quartier où nous avons toujours vécu. Je ne sais ce que feront mes deux autres fils dans quelques années.»

Le fils de Mariam n’est pas un cas isolé. Avec les prix du logement qui flambent, les classes les moins aisées perd de plus en plus l’espoir de trouver à se loger dans la capitale. Acheter ou louer dans les banlieues, et même plus loin encore, devient inévitable. Elias vit avec sa famille depuis 5 ans à Dubaï: «Je voulais acheter un appartement à Achrafiyé, mais je ne trouve pas une maison décente à moins de 300 000 dollars. Maintenant je pense acheter à Mansourieh».

Kamal Hamdan, conseiller économique et directeur de L’institution de recherches et de consultations, n’est pas très optimiste:
«Les deux tiers des habitants de la capitale aujourd’hui, seront déjà dans les périphéries d’ici dix ans». Selon lui, la flambée des prix changera l’aspect social de la ville. «Les jeunes de 15 ans qui se lanceront sur le marché du travail dans dix ans seront contraints d’habiter en dehors de la ville, assure-t-il. Dans un noyau familial formé de trois enfants par exemple, un membre sera à Lire la suite »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ancien phare de Beyrouth : Une lueur dans la jungle

Posted by jeunempl le juin 20, 2010

Par Delphine Darmency – L’Hebdo Magazine

Les marcheurs de la corniche détournent-ils encore les yeux de la belle Méditerranée pour chercher du regard l’ancien phare de Beyrouth? Le malheureux semble jouer à cache-cache dans le nouveau décor d’un quartier qui donne la primauté aux immeubles ambitionnant de frôler les nuages. Jadis, seul la «Manara» avait ce droit ultime de survoler Beyrouth, laissant aux hommes de la famille Chebli, gardiens du phare de génération en génération, l’impression d’être les rois de la ville.

Perché sur la petite colline de Ras Beyrouth, le phare, dans son habit blanc rayé noir, campe sur ses positions. Il disparaît du paysage beyrouthin au fil du temps, laissant malgré lui des immeubles pousser à ses côtés. Son salut, pour l’instant, il le doit à sa compagne de toujours, la maison rose, lui ouvrant le passage vers la mer. A la fin de la rue Bliss, avant d’emprunter la descente qui plonge vers la mer, l’entrée du phare est protégée. A quelques mètres de là, la sécurité du Goethe Institute surveille. Attenante au phare, la maison des Chebli, «l’adresse la plus facile de Beyrouth», comme s’amuse à dire Raymond, le fils de Victor Chebli, actuel responsable des deux phares de Beyrouth, en fait partie intégrante.

Les pièces à vivre se trouvent à l’étage. L’escalier qui y mène et le hall d’entrée sont décorés par des photos encadrés du phare à travers les époques. Dans le salon, une vieille carte postale agrandie propose le phare dans son plus simple appareil, dénudé de toutes couleurs. Dans un coin, le Lire la suite »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au secours, d’urgence!

Posted by jeunempl le mai 26, 2010

Yves PREVOST

Ce texte s’adresse à toutes les autorités civiles et religieuses concernées, mais aussi – et surtout – à tous les  citoyens libanais.
Le Liban possède cinq sites inscrits par l’UNESCO au patrimoine de l’humanité. Pour un aussi petit pays, c’est un incontestable sujet de fierté. Mais cet honneur n’est pas une simple reconnaissance  du passé, il est surtout un engagement pour le présent et le futur.

Par la faute des libanais, l’un de ces sites est en grand danger d’être rayé de la liste, le défendre est impératif.

C’est à plus d’un titre que la Qadicha ou Vallée Sainte, mérite d’être préservée.

* Sa beauté naturelle. Quand on y descend de Hawqa, le paysage est à couper le souffle. Un voyageur français du XVIIIème siècle, pris de peur devant sa profondeur vertigineuse (des sentiers ont été aménagés depuis!) la décrit comme un "lieu affreux" (1) où "seul peut atteindre l’oiseau". En bas, pris entre deux falaises abruptes, le regard en peut se tourner que vers le ciel.
* Son histoire: la présence pendant quatre siècles du patriarche, vivant au milieu de son peuple, partageant avec lui l’insécurité (sous l’église de Qannoubine, se trouve une cachette qui a dû servir à plusieurs reprises), les souffrances (le patriarche Simon de Hadeth n’a-t-il pas été frappé à coups de bâton par les sbires ottomans et laissé pour mort malgré ses 100 ans passés (2)), et la misère (Le patriarche – était-ce le même? –  lors d’une grande famine, distribua tous les revenus des églises et vendit sa propre croix pectorale pour subvenir aux besoins de son peuple.) Ainsi, nous comprenons mieux dans quel esprit s’est forgée la communauté maronite, et pourquoi Qannoubine en est le cœur.(3)
* Sa dimension spirituelle. Comment, croyant ou non, ne pas être saisi de respect à la pensée de ces centaines, ces milliers de saints qui, pour l’amour de Dieu seul,  ont tout quitté pour vivre rudement dans une simple grotte, consacrant toute leur vie à la prière et la méditation?

Permettez-moi de vous conter une anecdote personnelle. Lire la suite »

Posted in Billets & Opinions, Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Général Aoun à Alep pour célébrer la messe du 16ème centenaire de Saint-Maroun

Posted by jeunempl le février 9, 2010

Bernard Mikael – RPL France

Le Général Aoun est arrivé aujourd’hui à Alep pour célébrer le 16ème centenaire de Saint-Maroun au lieu de sa naissance à Brad (en Syrie, près d’Alep). Reçu au salon d’honneur et interrogé par la presse, le général Aoun répond « Notre présence à Brad aujourd’hui a une portée historique, celle d’entamer une nouvelle voie dans la renaissance du vrai patrimoine chrétien en Orient, là où la chrétienté a fait ses premiers pas, en particulier, l’église d’Antioche à laquelle appartiennent tous les autres communautés chrétiennes orientales.
Tous les Patriarches portent aujourd’hui le même titre : Patriarcat d’Antioche et du reste de l’Orient.

Les chrétiens, à l’origine, avant le conflit historique entre Byzance et Rome, appartenaient tous à l’église d’Antioche, Syriaques, Maronites, Grecs et Catholiques. Il n’y avait pas cette division qu’on connait aujourd’hui. Je pense même que les pères premiers de l’église sont partis de cette région, et c’est eux qui représentent son unité et l’unité de ses racines.
Par conséquent, la renaissance de ce patrimoine, notamment dans les circonstances actuelles des chrétiens de l’Orient, est une base pour la renaissance de la conscience orientale et pour une vraie ouverture entre les personnes ayant des cultures différentes mais partageant la Lire la suite »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Billets & Opinions, Culture & Société, Géneral, Liban dans l'Histoire, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 41 autres abonnés

%d bloggers like this: