Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Articles Tagués ‘mines’

L’armée belge poursuit sa mission de déminage au Liban

Publié par jeunempl le juillet 18, 2013

Belga

Pieter De Crem - Ministre de la Défense belge en visite au LibanLa mission belge de déminage au Liban va se poursuivre. Les Nations Unies n’ont pas suivi le ministre de la Défense Pieter De Crem dans sa demande de redéfinir les objectifs des soldats belges au Liban, rapporte De Morgen jeudi.

Les casques bleus belges sont au Liban depuis sept ans afin de déminer la "ligne bleue", la région où l’ONU a tracé une frontière entre Israël et le Liban. L’opération s’inscrit dans le cadre de la mission de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

Le ministre de la Défense avait demandé un remodelage de l’opération en 2011. Il voulait que les troupes belges s’occupent d’autres tâches. Le déminage aurait été laissé à des organisations privées. L’ONU n’a cependant pas accédé à cette demande, indique De Morgen. Il n’a pas encore été déterminé combien de militaires belges resteront au Liban ni pour combien de temps.

Une centaine de soldats belges participent actuellement à la FINUL, contre 400 au départ. Depuis 2006, les Belges ont déminé 1,8 hectare. Ils ont démantelé 200 mines et 14.000 munitions n’ayant pas explosé. Un démineur belge est décédé en 2008 lors de l’explosion d’une bombe.

Publié dans Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SYRIE : Des chrétiens pris pour cible par des bandes armées islamistes

Publié par dodzi le avril 2, 2012

Agence Fides/Mondialisation.ca

Carte des religions en Syrie

Des bandes armées islamistes qui infestent l’Armée de libération syrienne ont pris pour cible un certain nombre de fidèles chrétiens dans le cadre du conflit en cours en Syrie.

C’est ce qu’indiquent différentes sources de Fides au sein de la communauté chrétienne en Syrie, sources appartenant à différentes confessions. Malgré les paroles rassurantes du Conseil révolutionnaire de Homs et du Conseil national syrien sur le fait que « aucune guerre confessionnelle n’est en cours contre les chrétiens », Fides a eu connaissance de faits et de témoignages alarmants qui montrent la manière dont laquelle les groupes islamiques, salafistes ou wahhabites, cherchent à s’emparer ou à manipuler l’opposition syrienne.

Un certain nombre de familles chrétiennes confirment à Fides avoir été chassées de Homs parce que « considérées comme proches du régime ». Plus de 10.000 chrétiens ont fui la petite ville de Kusayr, à la frontière avec le Liban, suite aux pressions de groupes islamistes sunnites, déclare à Fides un prêtre du cru. Selon les sources de Fides, après les premiers mois de combats, « se sont unies (à l’armée de l’opposition) des bandes armées islamiques, des mercenaires et des militants sunnites libanais ».

Les chrétiens qui ne veulent pas s’unir au soulèvement populaire sont toujours plus marginalisés et « traités en ennemis » de la révolution. Les bandes islamistes ont par ailleurs chassé du quartier Hamidiya de Homs des chrétiens s’étant déclarés favorables à l’opposition, voire même présents au sein de la coordination locale des groupes d’opposition. Ainsi que le raconte une source de Fides, les militants ont fait irruption dans leur maison et leur ont dit : « Tous vos biens doivent être pour l’islam. Allez-vous-en autrement nous vous tuerons ». Lire la suite »

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Syrie présente ses excuses au Liban

Publié par dodzi le novembre 9, 2011

AFP/Le Figaro

La Syrie s’est excusée auprès du Liban des violations répétées de la frontière et a appelé au respect de l’indépendance et de la souveraineté de son voisin, a indiqué aujourd’hui le bureau du président libanais Michel Sleimane. Un porte-parole de la présidence, s’exprimant sous couvert de l’anonymat, a indiqué que Michel Sleimane avait soulevé le problème des violations de la frontière avec le président syrien Bachar al-Assad et que des responsables de la sécurité des deux pays en avaient discuté, confirmant des informations de la presse locale.

Selon le quotidien Al-Liwaa, M. Sleimane a affirmé dans un entretien qu’il avait parlé personnellement avec M. Assad des incursions répétées en territoire libanais et que la "Syrie avait exprimé ses plus grands regrets pour des violations non intentionnelles", promettant qu’elles ne se répéteraient pas.  M. Sleimane a également confirmé que l’armée syrienne avait posé des mines le long de la frontière avec le Liban pour empêcher les trafics et les infiltrations.

Les tensions à la frontière avec la Syrie sont montées d’un cran depuis le début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad Lire la suite »

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Trois équipes russes participeront au déminage au Liban-Sud

Publié par jeunempl le décembre 31, 2010

(L’Orient le Jour)

Pour la première fois, la Russie participera au déminage au Liban-Sud en envoyant trois équipes de démineurs qui resteront trois mois au Liban, et ce à partir du 1er janvier 2011. Moscou prévoit également l’envoi de matériel de déminage, d’un coût s’élevant à deux millions et demi de dollars. Ce matériel est constitué de trois robots démineurs et de quarante détecteurs de mines antipersonnel et de bombes à sous-munitions.

Les trois équipes travailleront conjointement avec le bureau national de déminage relevant de l’armée libanaise. Elles formeront notamment les démineurs libanais à l’utilisation du matériel russe qui restera au Liban après le départ des équipes russes.

Après la guerre de juillet 2006, la Russie avait aidé le Liban en envoyant une équipe d’ingénieurs ainsi que neuf ponts amovibles visant à remplacer les ponts détruits par les bombardements israéliens.

Publié dans Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les Casques bleus belges déminent la frontière israélo-libanaise

Publié par jeunempl le décembre 21, 2010

Belga

Quatre ans après leur arrivée dans le sud du Liban, les Casques bleus belges de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) ont réduit à la fois leurs effectifs à une centaine d’hommes, et leurs missions, pour se concentrer sur une seule: le fastidieux déminage de la "Ligne bleue" marquant la frontière libano-israélienne.

Ils ont aussi déménagé, quittant à la mi-octobre le camp Scorpion à Tebnine qu’ils occupaient depuis leur arrivée, en septembre 2006, pour rejoindre un cantonnement français à At Tiri, plus au sud, a constaté mardi l’agence sur place à l’occasion d’une visite sur place du "patron" de l’armée belge, le général Charles-Henri Delcour.

Réduit à une centaine d’hommes et de femmes – contre plus de 300 au départ -, le contingent belge actuel de la FINUL, baptisé BELUFIL-13, se concentre désormais sur des tâches de déminage le long de la "Blue Line", la démarcation tracée par l’ONU après le retrait israélien unilatéral du Liban sud en 2000, pour fixer la frontière libano-israélienne, a expliqué mardi son chef, le commandant Philippe Ramaekers, du 4ème bataillon de génie d’Amay, près de Huy.

Ces mines ont été posées par les Israéliens pour "couvrir" leur retrait.
Il s’agit d’un travail "fastidieux", a indiqué le commandant Ramaekers, en faisant allusion à la difficulté du terrain et aux mesures de sécurité prises pour se livrer à cette tâche délicate.

Publié dans Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle ne renonça… ni se dérobera à son devoir

Publié par jeunempl le août 1, 2010

Armée Libanaise

Dans l’imagination de chaque citoyen réside un soldat prêtant serment à Dieu d’accomplir son devoir complet en défendant les couleurs du drapeau de son pays. Une fois que les dangers tempêtent et le clairon retentit, il se dresse pour être le bouclier défendant son peuple, le protégeant du mal des ennemis, et se sacrifie afin de le sauver jusqu’à la dernière goutte de son sang.
Dans l’imagination de chaque soldat réside un citoyen, le contemplant avec toute confiance et respect, le considérant comme étant la soupape de sécurité et le seul sauveur lors des crises. Il offre tout pour les boucliers de la patrie; c’est alors que son frère le soldat répond en lui promettant une vie libre et prospère de tranquillité et de stabilité.

Entre cette scène et l’autre, se manifeste le sens de la solidarité entre l’Armée et ses citoyens, se dessine l’image du Liban unifié, surgissant toujours des crises et se dirigeant avec toute confiance vers le devant. Quels que soient le lieu ou le temps, le sang des martyrs demeure le flambeau illuminant le trajet d’une Armée dépassant les soixante quatre années…. Mais ne renonça pas…et ne se dérobera jamais à son devoir.

1- Aube de l’Armée

Le 1er aout 1945 est la date officielle de la fondation de l’Armée Libanaise. Or son âge vrai ne se résume pas par certaines décennies, car l’Armée Lire la suite »

Publié dans Culture & Société, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quatre ans après la guerre israélienne, le sud du Liban toujours miné

Publié par dodzi le avril 3, 2010

AFP/Iloubnan.info

Près de quatre ans après sa guerre dévastatrice avec le Hezbollah au cours de laquelle Israël a lâché plus de quatre millions de bombes à sous-munitions sur le sud du Liban, Mohammad Hajj-Moussa arrive à peine à parler du jour où il a perdu ses jambes.

Le 11 août 2006, cet adolescent maigre aux cheveux bruns était à moto, assis derrière son père qui devait livrer de la nourriture dans une localité voisine, quand une bombe à sous-munitions a explosé à leur passage.

"On m’a retrouvé dans un ruisseau quatre heures après l’explosion", se rappelle Mohammad, un réfugié palestinien de 15 ans qui s’exprime dans la maison décrépie de la famille dans le camp de réfugiés d’Al-Bass, à Tyr. "J’ai repris conscience au moment où ils me retiraient de l’eau, et j’avais compris: mes jambes avaient été broyées" par l’explosion.

Le jour-même, le Conseil de sécurité de l’ONU adoptait la résolution 1701 et trois jours plus tard, la guerre prenait fin. Elle aura duré un mois. Mais les avions israéliens avaient lâché sur le sud du Liban plus de quatre millions de bombes à sous-munitions, dont 90% au cours des 72 heures avant le cessez-le-feu, après l’adoption de la résolution 1701, souligne l’ONU.

Près de 40% des sous-munitions n’ont pas explosé. Les munitions ont tué 46 personnes et mutilé plus de 300 civils depuis 2006, selon l’armée libanaise et l’ONU. La plupart des victimes sont des sapeurs, des fermiers et des enfants qui confondent ces objets brillants avec des jouets. Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comment les fabricants d’armes israéliens bénéficient des fonds européens pour la recherche

Publié par jeunempl le janvier 18, 2010

IPSC – David Cronin
Traduction: Claude Zurbach

Israël est le principal partenaire étranger dans « le programme cadre » de l’Union Européenne pour la recherche scientifique auquel a été alloué 53 milliards d’euros entre 2007 et 2013. L’UE est la seconde source de financement de la fondation israélienne pour les sciences basée à Jérusalem.

Israël escompte que son investissement dans l’actuel programme européen atteindra une valeur d’au moins 500 millions d’euros d’ici sa conclusion en 2013.

Sous prétexte de lutte contre le terrorisme, l’UE a décidé ces dernières années que les entreprises d’armement pouvaient recevoir des financements pour la « recherche en sécurité ». Dix des 45 projets initiaux présentés par l’UE comme étant de la « recherche en sécurité » ont impliqué des entreprises et des institutions universitaires ou d’état israéliennes.

Motorola-Israël, par exemple, prend part au projet « iDetect 4All », un projet de surveillance financé par l’UE destiné à envoyer des alertes sur des activités suspectes à proximité de bâtiments ou des ressources ayant une valeur économique. Motorola est le premier fabricant de fusibles pour les bombes utilisées par l’aviation israélienne. Des composants d’armements munis d’une étiquette Motorola ont été découverts par les enquêteurs de Human Rights Watch qui avaient fouillé les sites bombardés par Israël à Gaza à la fin de 2008 et au début de 2009. Les fusibles Motorola sont également un élément central de la bombe avec laquelle Israël Lire la suite »

Publié dans Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

1990 – Devoir de mémoire: La population libanaise témoigne (Chapitre 4)

Publié par jeunempl le avril 13, 2009

(Livre Blanc du conflit Armée Libanaise – Forces Libanaises)

Ce texte entre dans le cadre plus large de la publication du Livre Blanc, regroupant les témoignages de la population lors de la guerre civile libanaise en 1990. Vous pouvez suivre l’intégralité de ce document sur cette page:
1990 – Devoir de mémoire: La population libanaise témoigne

- Parce que les politiques ont voulu effacer de notre mémoire, à travers une loi d’amnistie, toutes les exactions qu’ils ont commises durant la guerre civile,
- Parce que les médias n’assurent pas leur rôle de conscientisation de la population,

3-livre-blanc_civils-otages-flLe Livre Blanc reste encore aujourd’hui une référence pour rappeler à la population, de tous ages, les malheurs que peuvent engendrer tout conflit opposant un Libanais à son propre frère libanais. En attendant que l’état assure un jour pleinement ce rôle de mémoire au niveau de ses institutions, nous vous publions en plusieurs parties le Livre Blanc, rédigé à la fin de la guerre civile par de jeunes étudiants français, extérieurs au conflit, venus au Liban dans le seul but de comprendre. Pour cela, ils partent à la rencontre de la population témoin des exactions de la milice des Forces Libanaises dans le conflit l’opposant à l’Armée Libanaise.

Chapitre 4 : Population civile prise en otage

Les cruautés particulières de cette guerre sont liées à la disparition du sens hiérarchique chez les Forces Libanaises. Au bout de quelques jours, beaucoup d’officiers ont été remplacés par des hommes plus jeunes et inexpérimentés. Grisés par leur pouvoir nouveau, ils n’ont pas hésité à faire peser tout le poids de la guerre sur les civils et à multiplier les destructions. Mais cela n’explique pas tout.

Dans la forme de guerre choisie par les Forces Libanaises, les populations civiles jouent – malgré elles – un rôle essentiel. Elles ont d’une part, été utilisées comme otage. Les miliciens ont installé leur artillerie au milieu des habitations et sur les lieux publics, écoles, hôpitaux, couvents et asiles, utilisant enfants, malades, blessés, vieillards, comme boucliers. Ils bombardent les positions adverses sachant que l’Armée hésitera à tirer sur des civils, et surtout à les attaquer puisque le prix à payer sera trop élevé en terme de vies humaines et que les destructions et les morts lui seront imputés.

Plus largement, il s’agit, par une politique de terreur étudiée, de décourager les populations dans un double but :
- les amener à faire rapidement pression pour l’arrêt des combats, en les lassant par les difficultés matérielles et le climat d’insécurité ;
- et d’empêcher d’autre part toute action de résistance en se montrant impitoyable.

Dans les régions contrôlées par l’Armée, on ne peut parler d’utilisation des civils à quelque titre que ce soit, la population se sentant et s’affirmant solidaire des soldats.
Dans les secteurs sous contrôle des Forces Libanaises, nombreuses sont les familles qui appellent de leurs vœux l’intervention rapide des militaires «pour Lire la suite »

Publié dans Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

1990 – Devoir de mémoire: La population libanaise témoigne (Chapitre 3)

Publié par jeunempl le avril 12, 2009

(Livre Blanc du conflit Armée Libanaise – Forces Libanaises)

Ce texte entre dans le cadre plus large de la publication du Livre Blanc, regroupant les témoignages de la population lors de la guerre civile libanaise en 1990. Vous pouvez suivre l’intégralité de ce document sur cette page:
1990 – Devoir de mémoire: La population libanaise témoigne

2-livre-blanc_terreur-fl- Parce que les politiques ont voulu effacer de notre mémoire, à travers une loi d’amnistie, toutes les exactions qu’ils ont commises durant la guerre civile,

- Parce que les médias n’assurent pas leur rôle de conscientisation de la population,

Le Livre Blanc reste encore aujourd’hui une référence pour rappeler à la population, de tous ages, les malheurs que peuvent engendrer tout conflit opposant un Libanais à son propre frère libanais. En attendant que l’état assure un jour pleinement ce rôle de mémoire au niveau de ses institutions, nous vous publions en plusieurs parties le Livre Blanc, rédigé à la fin de la guerre civile par de jeunes étudiants français, extérieurs au conflit, venus au Liban dans le seul but de comprendre. Pour cela, ils partent à la rencontre de la population témoin des exactions de la milice des Forces Libanaises dans le conflit l’opposant à l’Armée Libanaise.

Chapitre 3 : Utilisation de la Terreur

Comment justifier l’injustifiable ? La guerre n’explique pas tout. On ne peut s’abriter derrière des prétextes militaires pour terroriser sa propre population. Au programme des régions contrôlées par les Forces Libanaises, vol, viol, violence, meurtre; se doublant d’arrestations arbitraires.

Sur le point des arrestations arbitraires, l’Armée n’est pas non plus exempte de reproches. Mais on ne peut comparer les attitudes des deux camps, en raison du facteur de popularité dont bénéficie l’Armée lequel lui impose une certaine discipline dans son comportement général. Vols, viols, violences, meurtres sont quasiment inconnus dans les secteurs tenus par l’Armée.

Les témoignages des riverains s’accordent à reconnaître le comportement correct des soldats.

La férocité des Forces Libanaises découle du comportement de la grande proportion de Bécharriotes (de Bécharré, village de Samir Geagea) dans les rangs de la Milice. En effet, les Forces Libanaises ont vu un grand nombre de leurs partisans Beyrouthins les quitter. Et pour grossir leurs rangs, il a fallu faire appel aux Lire la suite »

Publié dans Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 40 followers

%d bloggers like this: