Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Articles Tagués ‘Citoyenneté’

Le patriarche maronite se prononce en faveur du mariage civil obligatoire

Publié par jeunempl le novembre 30, 2011

(L’Orient le Jour)

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a créé la surprise, hier, en affirmant que l’Église maronite est en faveur du mariage civil obligatoire pour tous les Libanais. Le sacrement du mariage viendrait ensuite et serait l’expression de la conviction religieuse des mariés.
Recevant à Bkerké plusieurs centaines d’élèves des écoles des Sœurs des Saints-Cœurs conduits par la supérieure de cette congrégation, Daniella Harrouk, le patriarche s’est dit aussi en faveur d’un « nouveau pacte social en vertu duquel il y aurait séparation entre la religion et l’État ».

« Respectons toutes les religions et vivons à nouveau dans l’égalité civique entre tous, sur la base de la seule citoyenneté, et préservons réellement le Liban », a dit le patriarche aux élèves, qui l’écoutaient attentivement.
Et d’ajouter : « Œuvrons pour consacrer la neutralité du Liban. »
Au sujet de la loi électorale, le patriarche Raï a affirmé que l’Église n’a pas encore choisi, mais il s’est prononcé pour l’abaissement à 18 ans de l’âge du vote. À son avis, le Liban se dirige vers l’adoption de la loi électorale basée sur la proportionnelle suggérée par le « rassemblement orthodoxe ».
« Il est regrettable que certains réclament l’abolition du confessionnalisme politique au paroxysme de la tension sectaire et confessionnelle », a par ailleurs affirmé le patriarche. « Le nouveau pacte national doit refléter Lire la suite »

Publié dans Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Code électoral : la proportionnelle contestée

Publié par dodzi le septembre 14, 2011

L’Orient le Jour

Par Philippe Abi-Akl

Le ministre de l’Intérieur et des Municipalités, Marwan Charbel, doit rendre publique à la fin du mois en cours la nouvelle mouture du code électoral. Le comité chargé de l’établir a en effet accompli à ce jour les 90 % de sa mission. Il lui reste à déterminer le nombre de circonscriptions, à choisir entre la circonscription élargie, l’uninominale, la reconduction du tableau 1960 ou l’adoption d’un découpage en 14 morceaux.

Préparant la loi, le ministre n’a pas manqué de recueillir l’opinion des partis ou courants ainsi que des organismes de la société civile. Il leur a exposé les grandes lignes du projet, recueillant leurs remarques et les interrogeant sur la proportionnelle.

Certains ont tenté de l’entraîner, par leurs interrogations, dans une discussion, une chicane, de nature politicienne, mais il ne s’est pas laissé piéger.

Il lui est apparu cependant que la plupart des pôles rencontrés ne veulent finalement pas de la proportionnelle, bien qu’elle soit inscrite dans la déclaration ministérielle. Ainsi, le leader de la Montagne, Walid Joumblatt, représenté au sein du comité d’élaboration par le ministre Waël Bou Faour, rejette catégoriquement cette innovation et insiste pour le scrutin majoritaire. Mais le ministre Charbel insiste et presse les parties de souscrire à sa proposition.

Des cadres de la société civile critiquent certains professionnels de la politique qui, à leur avis, cherchent manifestement à s’assurer de la députation sans regarder à la rectitude démocratique, qui enjoint de respecter la volonté du peuple souverain. Et sans se soucier de savoir si une formule déterminée serait bancale ou non. Ils observent que ces ogres se détournent du premier principe démocratique, à savoir que la majorité gouverne et la minorité s’oppose. Et ne cultivent guère l’esprit de servir le citoyen, de répondre à ses besoins, de lui permettre de porter à la Chambre de vrais représentants, bien informés de ses intérêts et soucieux de les défendre. Sans plus servir de marchepied, ou de faux témoin dans les élections, comme c’est le cas dans nombre de régions.

Intérêts

Le ministre Charbel confie à des cadres de la société civile que les forces politiques sont divisées au sujet de la proportionnelle. À l’en croire, ceux qui la rejettent proposent des formules qui servent leurs calculs. Tandis que ceux qui l’approuvent restent eux-mêmes divisés sur les mécanismes dont il faut la doter. À ses propres yeux, la proportionnelle crée une génération ouverte sur la démocratie, les libertés et suscite le lancement de partis qui ne seraient plus dominés par les confessions ou par l’argent. Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban: manifestation pour le droit à la citoyenneté

Publié par jeunempl le juin 21, 2010

AP

Brian Prescott-Decie vit au Liban depuis 12 ans. Il est marié à une Libanaise. Ils ont une fille de 8 ans et un garçon de 7 ans.

M. Prescott-Decie est citoyen britannique. Tout comme ses deux enfants, nés au Liban, où ils ont vécu toute leur vie.

Selon la loi, une Libanaise ne peut transmettre sa citoyenneté à son mari et à ses enfants. Étrangers, ils ont besoin d’un permis de résidence ou de travail renouvelable pour demeurer au pays. Certains métiers ne leur seront jamais accessibles. Ils n’auront jamais droit à la sécurité sociale ou au système de santé public.

Plus de 77 000 personnes seraient affectées par cette loi, femmes, maris et enfants confondus, selon une étude de l’UNPD/Lebanese Women Rights and Nationality Law Project, publiée en décembre.

La loi ne touche pas les hommes libanais mariés à des étrangères.

Un droit

Hier, une centaine de personnes ont marché dans les rues de Beyrouth pour dénoncer cette loi, jugée discriminatoire. «Ma nationalité est mon droit pour moi et ma famille», «Le droit pour Samira, le droit pour toutes les femmes libanaises», ont crié les manifestants.

Samira Soueidan est devenue une figure emblématique du mouvement. Veuve d’un Lire la suite »

Publié dans Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Quel avenir pour la loi électorale libanaise ?

Publié par jeunempl le avril 25, 2010

Par Dory Moutran – MPLBelgique.org

A l’issue des débats autour de la réforme de loi électorale (en vue des élections municipales de mai 2010) qui s’est soldée par un échec, il est important à présent de faire un pas en arrière afin de réfléchir quant à l’avenir des lois électorales au Liban, loin de toute politisation et surenchère. Les partis l’ayant fait chuter, évoquant souvent des prétextes, tels que la complexité de la loi, le temps trop court pour les mettre en application, ou même l’électeur, qui ne réussirait pas à la comprendre.

Et pourtant il s’agit d’une loi qui aurait fait avancer le Liban vers une démocratie plus consensuelle, voir tout simplement vers une démocratie, car la loi en vigueur actuellement, tant pour les législatives que pour les municipales, est tout sauf démocratique et représentative. Et la représentativité est importante. La majorité actuelle se lasse de l’argument souvent cité par l’opposition, qui prétend avoir obtenu un plus grand nombre de voix que le mouvement du 14 mars. Et pourtant, l’argument est de poids : comment une coalition peut-elle remporter des élections, alors qu’elle ait obtenu un nombre inférieur de voix ? Et la légitimité du parti gagnant est-elle remise en question dans ces conditions ? Et comment éviter ce genre de scénario à l’avenir ?

Loin de nous intéresser aux accusations liées aux fraudes – vote des expatriés, achats de voix, transferts de registres civils, etc. – nous nous intéresserons particulièrement aux résultats officiels de ces élections, ainsi qu’à la loi électorale qui a décidé de la répartition des sièges au parlement. Nous examinerons pourquoi la loi, dite « de 1960 », appliquée lors des élections législatives de juin 2009, et étant ressuscitée comme un consensus lors des pourparlers de Doha en mai 2008, ne peut nous offrir qu’une solution temporaire aux conflits interlibanais, intrinsèquement liés à la participation gouvernementale d’un parti – mais également à la part de chacun dans ce gouvernement. Elle n’offre rien de neuf, ne serait-ce qu’elle atténue légèrement les effets déséquilibrant de la loi de 2000, surnommée « loi Hariri-Kanaan ».

Nous explorerons par la suite les alternatives à la loi actuelle, et leurs applicabilités dans le contexte libanais. Le scrutin majoritaire uninominal et la représentation proportionnelle étant les deux systèmes les plus utilisés dans les pays démocratiques, nous exposerons les avantages et les inconvénients de chacun.

Enfin, nous nous attarderons sur la politisation des débats qui ont entouré la réforme manquée de la loi électorale pour les municipales, les partis ayant agi par égoïsme plutôt que par intérêt général. Nous ne manquerons pas non plus d’expliciter la problématique de la municipalité de Beyrouth.

Les inconvénients de la loi 1960

Le scrutin majoritaire plurinominal ou le vote en bloc

Le système électoral libanais est basé sur le système majoritaire, mais il ne peut cependant être comparé aux systèmes majoritaires utilisés dans les démocraties occidentales, ceux-ci étant basés sur la circonscription uninominale, soit un siège par circonscription – les Etats-Unis ou le Royaume-Uni à un tour, la France à deux tours. Les circonscriptions libanaises étant de taille moyenne, c’est-à-dire comportant plusieurs sièges chacune – allant de 2 à Becharré Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Abdo Saad : « Le système majoritaire plurinominal est une véritable hérésie »

Publié par jeunempl le avril 16, 2010

(L’Orient le Jour – Jeanine Jalkh)

Rompu aux méandres des régimes électoraux pour les avoir suivis et étudiés des années durant, Abdo Saad, directeur du Beirut Center for Research and Information, est un défenseur acharné de la proportionnelle dont il prêche les bienfaits depuis de multiples années, alternant conférences et lobbying pour rallier les mentalités et gagner les politiques à sa cause.

Le chercheur, qui des années durant a effectué une analyse du terrain électoral libanais et de sa sociologie, a tiré la conclusion suivante : seule la proportionnelle appliquée à une circonscription unique au niveau national pourra sauver l’électeur libanais des griffes du leadership confessionnel, du clientélisme et du système de la répartition des quotes-parts, lesquels sont produits, confortés et perpétués par le régime majoritaire plurinominal pratiqué au Liban depuis la naissance de cette démocratie.

Dans un entretien accordé à L’Orient-Le Jour, Abdo Saad abonde en critiques envers ce système « incongru devenu d’autant plus obsolète qu’il n’est plus pratiqué dans aucun pays du monde ».

« Il n’existe plus nulle part dans le monde une loi électorale fondée sur le système majoritaire combiné au vote plurinominal. Même des pays tels que le Yémen, la Jordanie ou Bahreïn, pour ne citer que ceux-là, sont passés au système majoritaire uninominal sans parler des pays industrialisés tels que les États-Unis, la France, le Canada, l’Australie, la Grande-Bretagne… » dit-il.

L’expert ne mâche pas ses mots : « C’est une véritable hérésie que de continuer à s’accrocher à un système aussi désuet, qui ne fait que perpétuer le confessionnalisme exacerbé, en consacrant le monopole du pouvoir par les leaders communautaires. »
Il est d’ailleurs tout à fait conscient que dans le tiers-monde, l’équipe au pouvoir tend toujours et naturellement, mais non nécessairement de manière légitime, à concocter des lois et à adopter des régimes électoraux à leur juste mesure. S’il ne se fait pas beaucoup d’illusions de ce côté-là, il espère toutefois que certains leaders éclairés puissent Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Hamade : Berri aura tort à séparer l’abaissement de l’âge de vote de l’octroi de ce droit à la Diaspora

Publié par dodzi le février 22, 2010

Iloubnan.info

Le député du bloc de la Rencontre Démocratique Marwan Hamadeh a déclaré lundi à la radio Voix du Liban qu’il soutient l’abaissement de l’âge de vote également avec l’octroi du droit de vote à la Diaspora libanaise. « A séparer des deux sujets, le président de la Chambre Nabih Berri aurait bien tort », a-t-il signalé.

Hamade a indiqué que les blocs parlementaires vont assumer leurs responsabilités, dont la principale qui est d’empêcher les alliances confessionnelles en cette période de calme au Liban. Il a assuré que le fait que certains insistent sur l’organisation des élections municipales à temps concrétise le principe de la démocratie qui interdit l’ajournement du scrutin.

Publié dans Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Prix accordé aux conseils municipaux choisis par consensus

Publié par dodzi le février 12, 2010

Iloubnan.info

BEYROUTH- D’après le journal An-Nahar, le cabinet a accepté lors de la séance du jeudi, d’accorder une somme 33,000 dollars à chaque municipalité, si jamais son conseil soit formé par consensus, plutôt qu’à travers les éléctions.

Par ailleurs, le ministre de l’Etat Selim Sayegh et le ministre des Télécommunications Charbel Nahas ont rejetté l’article nouvellement adopté, représentant ainsi respectivement les Kataeb et le Courant Patriotique Libre.

“Nous portons atteinte à la démocratie en appelant à l’annulation des éléctions” a déclaré Nahhas.

Publié dans Actualité Tayyar-CPL, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Ministre Bassil: "une telle action peut nuire aux intérêts des citoyens"

Publié par dodzi le octobre 31, 2009

Tayyar.org

Gebran Bassil - Ministre des TélécommunicationsLe Ministre des Télécommunications sortant M.Gibran Bassil a tenu cet après-midi une conférence de presse au cours de laquelle il a annoncé d’intenter un procès pénal contre plus qu’un employé dans le ministère suite à des peintes rapportant des obstructions commises au siège des Call Centers.

Le Ministre Bassil a estimé qu’"une telle action peut nuire aux intérêts des citoyens et il est inacceptable à n’importe quel employé d’abuser son pouvoir et d’entraver le cours normal de l’activité ainsi que l’implémentation de la loi".

Bassil a dit "la rencontre vise à mettre l’opinion publique à la lumière du projet déjà lancé en Octobre 2008 qui est l’établissement des Call Centers le considérant un grand acquis pour le Liban". M.Bassil a en outre manifesté "son souci et sa préoccupation pour la continuité du service des Call Centers indiquant qu’il est n’est pas permis de léser les ayant droit de leurs droits".

Publié dans Actualité Tayyar-CPL, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le rapport final propose 36 recommandations

Publié par dodzi le septembre 26, 2009

L’Orient Le Jour

La mission d’observation électorale de l’Union européenne pour les élections législatives de 2009 a publié hier, dans la foulée de la conférence de presse de José Ignacio Salafranca, le rapport final sur les élections législatives qui comprend 36 recommandations à l’intention des législateurs.

Parmi les recommandations phares du rapport, celle proposant l’adoption à terme d’un « degré de proportionnalité » dans la loi électorale, « pour autant que cela soit l’aboutissement d’un consensus significatif », et celle liant l’absence de la femme sur la scène politique libanaise aux règles du registre civil qui impose le transfert automatique de la femme dans la circonscription électorale de son mari ainsi qu’à la loi qui empêche la citoyenne libanaise ayant épousé un étranger de transmettre la nationalité libanaise à ses enfants.

Le rapport comprend donc 36 recommandations à l’intention des législateurs, parmi lesquelles :

- De manière prioritaire, des bulletins de vote officiels préimprimés devraient être introduits, car leur absence ne garantit pas le secret de vote et ouvre la voie à plusieurs irrégularités ;

- un organe indépendant de gestion des élections devrait être établi et doté d’une autonomie financière et administrative ;

- la capacité d’un organe indépendant de gestion des élections à contrôler les dépenses des candidats durant la période de campagne devrait être renforcée ;

- la Constitution devrait être amendée pour abaisser l’âge du droit de vote à 18 ans ;

- le personnel militaire devrait être autorisé à voter ;

- le vote hors du territoire devrait être autorisé pour les prochaines élections législatives ;

- la règlementation sur les dépenses électorales devrait être plus précise ; Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le confessionnalisme libanais a fait son temps

Publié par jeunempl le août 15, 2009

Tribune des Droits humains

Drapeau LibanLe pluralisme religieux est la clé de voûte du système politique libanais. De nombreux observateurs estiment que le Liban a désormais dépassé cette structure politique, qui a fait ses preuves par le passé. Reste à savoir comment les Libanais pourront continuer de fonctionner à l’intérieur de ce système tout en renforçant leur sentiment d’identité nationale aux dépens de celui d’appartenance religieuse.

Luna Farhat/Service de Presse de Common Ground – Un des aspects positifs du système libanais, qui compte 18 rassemblements religieux officiellement reconnus, c’est qu’il permet à toutes les communautés religieuses d’avoir une représentation dans le gouvernement, de participer à la gestion des affaires de l’Etat et de contribuer à son essor.

Cette formule a été élaborée dans le Pacte national non écrit de 1943, adopté lors de l’accession à l’indépendance, qui a débouché sur une répartition attribuant : aux maronites, la présidence de la république, par élection de l’assemblée nationale ; aux sunnites, la présidence du Conseil des ministres ; aux chiites, la présidence de l’assemblée nationale. A l’assemblée nationale, les sièges sont répartis entre chrétiens et musulmans selon un rapport de 6 à 5, équilibre qui a en principe tenu jusqu’en 1989.

Pour certains, la guerre civile qui a ravagé le pays de 1975 à 1990 est due au fait que la répartition confessionnelle était inadaptée pour assurer que toutes les mouvances religieuses soient équitablement représentées au gouvernement.

En somme, s’il est vrai que le système a été conçu pour assurer l’équilibre politique entre plusieurs communautés confessionnelles et garantir une coexistence pacifique entre elles, sa conception fondamentalement confessionnelle donne plus de poids à l’appartenance religieuses qu’à la Lire la suite »

Publié dans Billets & Opinions, Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 40 followers

%d bloggers like this: